Oncoréhabilitation

Jeudi, 3 novembre, 2016

Si aujourd’hui l’oncoréhabilitation est méconnue et peu développée au niveau régional, elle doit à terme être un maillon disponible au parcours de soins d’une personne porteuse d’une pathologie cancéreuse.

Un essai de définition l’identifie comme une stratégie thérapeutique complémentaire pour limiter le handicap secondaire à un cancer. Son plan d’action, coordonné par une équipe pluridisciplinaire, se base sur une intervention physique et/ou éducative permettant d’élaborer un projet « réadaptatif ». 

On observe une forte incidence de cancer en Midi-Pyrénées avec environ 2200 nouveaux cas par an avec des incapacités variées pendant ou après traitement initial. Le rôle de l’hygiène de vie est décisif sur le risque de récidive et de la réinsertion sociale, parfois complexe, chez ces patients. Autant d’éléments sur lesquels l’oncoréhabilitation constitue une ressource précieuse.

Malgré ce fort besoin et cette demande, l’offre est modeste ou peu adaptée. Il n’existe pas à ce jour de structure SSR spécialisée ayant une orientation oncologique. De plus, en région l’équité aux soins n’est pas respectée et les orientations libérales paramédicales actuelles nécessitent une coordination plus efficiente.

L’expertise du réseau dans la coordination de programmes de réhabilitation et la volonté de l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse (IUCT) notamment d’inscrire la réhabilitation dans le parcours de soin sont deux éléments synergiques pour le développement de l’oncoréhabilitation dans la région.

L’objectif est de proposer un parcours en réhabilitation individualisé et une équité de l’accès à ce soin quelques soit le lieu de résidence dans la région.